Inventaire des matières dangereuses

EN BREF :

Mise à jour des inventaires 2021 des matières dangereuses au CRCHU :

 

Pour mettre à jour ou faire un premier inventaire de vos matières dangereuses, nous vous suggérons de procéder en 3 étapes avec ces outils:

  1. Formation sur le logiciel

    Suivre la formation sur le logiciel Toxyscan ou consultez les guides de l’utilisateur en cliquant sur l’icône « ? » en haut à droite de l’interface web du logiciel.

  2. Faire votre inventaire

    2.1 : Utiliser le document Mise à jour inventaire Toxyscan_Guide (2021-04) pour extraire votre inventaire déjà intégré au logiciel.
    2.2 : Si vous n’avez pas d’inventaire dans le logiciel, utilisez ce document Excel comme base Modèle inventaire XLS (6 niveaux, avec date d’ouverture).
    Document de référence : comment faire mon inventaire des matières dangereuses au CRCHU? Il inclut les conventions que nous avons déterminées pour uniformiser la prise d’inventaire.

  3. Intégrer votre inventaire

    3.1 Mettre à jour le fichier Excel (>50 produits ajoutés)
    3.2 Le faire dans le logiciel (<50 produits): voir le Guide « Gestion d’inventaire » en cliquant sur l’icône « ? » en haut à droite de l’interface web du logiciel.
    Pour les modifications touchant plus de 50 produits, faire suivre les fichiers Excel à Mme Aminatou Idrissou en identifiant les produits modifiés (couleur ou indication dans une colonne) ou en précisant si cet inventaire remplace l’existant.

Nouveautés 2021

  • Ajout d’un document de référence identifiant les produits chimiques qui se « décomposent » en sous-unités plus réactives. Le respect de la date de péremption de ces produits est donc essentiel.
  • Changement à venir dans les arborescences : nous allons passer d’une structure par Axe-chercheur / local à une par bâtiment physique / local. En effet, les fonctionnalités de ségrégations des produits ou de listes de locaux ne peuvent être utilisées puisque le logiciel considère ces « secteurs » comme différents. Plus de détails à ce sujet suivront après la mise à jour des inventaires. Ce changement sera fait dans le logiciel et ne demandera pas d’intervention de votre part.

 

Avez-vous un superutilisateur?

Sélectionner, dans les listes déroulantes, la Direction (CR-CHU), l’Unité administrative (votre site), le Secteur (Axe et nom du chercheur entre parenthèses).

Si votre équipe s’y retrouve, vous avez un inventaire et normalement un super-utilisateur. Si vous ne vous en souvenez plus ou devez en avoir un nouveau, contacter Mme Aminatou Idrissou, agente de gestion de la SST pour le CRCHU de Québec-UL.

NOTE: Cette façon de fonctionner changera sous peu (voir « Nouveautés 2021 »).

Avez-vous des questions?

Si vous avez des questions, contacter Mme Aminatou Idrissou, agente de gestion de la SST pour le CRCHU de Québec-UL.

Gestion des matières dangereuses chimiques liquides

MAJ-10-01-2021

Cette section a pour but de vous épauler dans une prise de décision par rapport au remisage des produits chimiques liquides dans vos laboratoires. La section contient quelques astuces vous permettant de mieux vous familiariser avec les différentes familles et classes de produits que vous rencontrerez dans les laboratoires biomédicaux et est complémentaire aux arbres décisionnels disponibles sous ces liens arbre décisionnel du remisage des matières dangereuses  et arbre décisionnel du remisage des phases aqueuses

Si vous avez des doutes sur le remisage, vous pouvez consulter :

Depuis 2019, le CHU de Québec et le CRCHU font affaire avec la compagnie Stéricycle pour la destruction des matières dangereuses chimiques et biologiques.

La classification :

Afin de ne pas trop complexifier la classification des matières dangereuses que vous retrouvez dans vos laboratoires et en tenant compte des connaissances variables en matière de produits chimiques des manipulateurs, nous avons simplifié en 6 catégories les types de déchets chimiques liquides rencontrés. La section 7 traite des types de contenant à prioriser pour remiser vos déchets.

Le déchet ne figure dans aucune des catégories :

La classification faite devrait regrouper environ 90 à 95% des cas que vous rencontrerez dans la vie de tous les jours lors de vos activités de laboratoire. Cependant, il arrivera inévitablement des exceptions ne respectant aucune des catégories vu la très grande complexité des matières dangereuses chimiques.  Dans ce genre de cas, demander de l’aide à vos responsables de matières dangereuses afin qu’il puisse vous appuyer dans le choix le plus approprié pour l’élimination de votre déchet.

 

________________________________________________________________________________________

Références

Auteur de cette documentation résumé: Martin Thibault

 

Faits saillants 2018-2019

Contexte

Au cours de l’année 2018-2019, le Centre de recherche (CR) a collaboré avec le service santé-sécurité et de qualité de vie au travail SSQVT) du CHU de Québec-Université Laval sur des thématiques prioritaires :

  • la gestion des matières dangereuses,
  • la révision des politiques d’immunisation et de post-exposition à des agents pathogènes transmissibles par le sang et
  • le programme de protection respiratoire.

Cet engagement s’est d’abord exprimé par le recrutement d’une agente de gestion de la SST à temps plein pour le CR. Nous vous présentons donc un premier survol des suivis de déclarations d’incidents et d’accidents qui ont été rapportés au CR.

 

Objectifs

  • Réduire les risques professionnels présents sur les lieux de travail
  • Offrir le soutien nécessaire aux gestionnaires (chercheurs).

 

Méthodes

  • Statistiques des déclarations d’accidents, d’incidents et de situation de risque des cinq dernières années (2014-2019),
  • Taux de formation du personnel en système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT 2015).

 

Résultats et analyse

D’avril 2018 à mars 2019, soixante-huit (68) événements ont fait objet de déclaration (voir Figure 1) : 40 % produits en animalerie et 60% en laboratoire. Parmi eux, les cas de coupure, de morsure, de piqûre d’aiguille et de contact avec des produits chimiques représentent plus de la moitié des déclarations (37/68). Les expositions aux pathogènes par coupure, morsure et piqûre représentent quant à elles plus du tiers soit 29 cas sur 68. Sur les 8 cas d’exposition aux vapeurs toxiques, la moitié est liée au déversement de produit chimique. L’autre moitié représente des inhalations de vapeurs chimiques et de projection dans l’œil survenues dans la réalisation de tâches.

La Figure 2 montre l’évolution des cas de coupure, morsure, piqûre et déversement déclarés dans les cinq dernières années. Les tendances observées sont généralement variables bien que le nombre de piqûre d’aiguille soit relativement identique chaque année. Nous pouvons par contre observer une augmentation du nombre d’incidents et accidents, ce que nous attribuons non pas à une augmentation du nombre d’événements, mais plutôt à une augmentation du nombre de déclarations.

Actions correctives et mesures d’atténuation

En lien avec les mandats prioritaires du CR, les événements montrent toute l’importance des procédures de travail, d’immunisation des travailleurs, des formations (ex. SIMDUT 2015, déversement de matières dangereuses, risques biologiques, laser et sources lumineuses dangereuses) et l’utilisation des dispositifs sécuritaires contre les piqûres d’aiguille. Également, ils nous rappellent à tous l’importance du respect du port des équipements de protection individuels (sarrau, lunettes, gants, masque, etc.) en milieu de travail. En lien avec le volet formation, nous vous rappelons que les taux de formation actuels pour SIMDUT 2015 au Centre de recherche tourne autour de 71%, alors que la cible est de 85%.

Conclusion

L’analyse des différents événements nous permet d’identifier les causes et de proposer des actions correctives et préventives. Afin de mieux cibler ces actions, produire une déclaration à chaque survenue d’événement incluant une identification complète du lieu (numéro de local précis) est très important.

Étiquetage des matières dangereuses

Étiquette du fournisseur ou du lieu de travail?

Le remplacement des étiquettes non-conformes à SIMDUT 2015 réalisé par les équipes se fait sur le lieu de travail, ce sont donc des étiquettes du lieu de travail qui sont à faire. Vous avez fait une partie de la révision de l’étiquetage et avez pris le format fournisseur? Pas de problème, c’est uniquement qu’il y a plus d’information obligatoires pour le fournisseur que sur le lieu de travail, donc inutile de les faire de nouveau.

Voici une aide-mémoire de l’Université Laval pour plus de détails: Aide-mémoire pour l’étiquetage des produits dangereux_SIMDUT 2015_UL.

 

Commande des étiquettes

Pour les commander, cela fonctionne différemment dans certains sites/axes, mais souvent la papeterie est une dépense commune d’axe. Vous pouvez vous informer auprès de vos équipes de gestion. Les étiquettes SGH ne sont nécessaires que pour les solvants dégageant des vapeurs ou lorsque le liquide entre en contact fréquemment avec l’étiquette (ex. vaporisateur) faisant décoller les étiquettes « standard ». Autrement ces dernières conviennent.

 

Prix des étiquettes

Les formats d’étiquettes de type « standard » (papeterie) sont disponibles via les fournitures du CHU (fournisseur Staples), alors que les étiquettes de type SGH sont en achat direct (fournisseur Corporate).

Code de produit Staples #GRM Prix Format/feuille
AVE05163STP15205 Non 7,62 $3,02$ 10, 1000 feuilles10, 100 feuilles
STP15207 Non 4,69 $ 6
AVE05168 Non 9,52 $ 4
AVE05126 Non 14,80 $ 2
AVE05165 Non 9,52 $ 1
AVE60505 (SGH) 317364 82,99 $ 10, 50 feuilles
AVE60503 (SGH) 317365 82,99 $ 4, 50 feuilles
AVE60502 (SGH) 317366 82,99 $ 2, 50 feuilles
AVE60501 (SGH) 317367 82,99 $ 1, 50 feuilles

Boîtes de 100 feuilles si non précisé

(Prix au 2019-05-01)

 

Impression des étiquettes

Pour l’impression des étiquettes, voici les paramètres d’imprimante pour les différents navigateurs :

CHROME / La case Ajuster à la page ne doit pas être cocher

INTERNET EXPLORER / La case Taille Réelle doit être cochée

SIMDUT 2015 – plan de match pour le 1er décembre 2018

Bonjour mesdames et messieurs,

En suivi de ma communication de mai dernier sur les changements législatifs relatifs à la gestion des matières dangereuses, voici un rappel des éléments à mettre en place au Centre de recherche par toutes les équipes ayant des matières dangereuses identifiées par des pictogrammes SIMDUT.

  1. Suivre la formation SIMDUT 2015 pour le personnel exposé aux matières dangereuses;
  2. Mise à jour des inventaires des laboratoires à partir des données du logiciel web Toxyscan;
    1. Formation sur le logiciel web Toxyscan (le statut de base permet la consultation des fiches de données de sécurité/FDS, alors que le statut superutilisateur permet le maintien d’inventaire, l’impression d’étiquettes du lieu de travail et la gestion des déchets chimiques);
    2. Intégration au logiciel par le fournisseur ou l’équipe selon le volume;
  3. Identification des produits à étiqueter de nouveau à l’aide du module Toxyscan à cet effet (nous recommandons un bon ménage des vieux produits, particulièrement ceux datant d’avant SIMDUT 1988, pour limiter cette intervention);
  4. Identification et résolution des enjeux d’entreposage / incompatibilités (certaines notions abordées dans les formations SIMDUT, formation à venir).

La Direction du Centre de recherche comprend que le personnel des équipes n’est pas dédié à cette mise à jour : par contre, l’information sur la nouvelle formation a été diffusée en décembre 2017 par l’Université Laval, un rappel datant de mai 2018 a été fait par le CRCHU et nous faisons des rappels annuels de maintenir à jour vos inventaires de produits chimiques depuis 2014 chaque printemps.

Merci de votre collaboration et n’hésitez pas à contacter les personnes-ressources de vos sites (en cc) ou moi-même si vous avez des questions.

Christian Brouillette, M. Sc. MBA
Responsable – santé et sécurité au travail – CR CHU de Québec
Chef de service – Infrastructure
Direction du Centre de recherche

Téléphone : 418-525-4444, 48694
Cellulaire: 418-952-8694
Courriel: christian.brouillette@crchudequebec.ulaval.ca

CHUL du CHU de Québec – Université Laval
2705, boul. Laurier, bureau T-R-106
Québec (Québec) G1V 4G2
www.crchudequebec.ulaval.ca

Entreposage des matières dangereuses

Un Guide référence sur l’entreposage des matières dangereuses (produits chimiques) dans le secteur manufacturier est disponible sur le site de Multiprévention, l’organisme SST paritaire du secteur manufacturier québécois. Celui-ci est toutefois tout à fait transférable à l’environnement général des laboratoire biomédicaux.

Des formations sont en préparation pour mieux accompagner les intervenants sur le sujet.

 

Lors de l’ajout ou de la modification de localisations dans Toxyscan, SVP, nous préciser les réponses à ces deux lots de questions:

Inventaire des matières dangereuses SIMDUT 2015

Consultez la mise à jour 2021 de cette page

Pour mettre à jour ou faire un premier inventaire de vos matières dangereuses, nous vous suggérons de procéder en 3 étapes:

  1. Suivre la formation sur le logiciel Toxyscan ou consultez les guides de l’utilisateur en cliquant sur l’icône « ? » en haut à droite de l’interface web du logiciel.
  2. Utiliser le document Mise à jour inventaire Toxyscan_Guide (2018-08-02) pour extraire votre inventaire déjà intégré au logiciel.
    Si vous n’avez pas d’inventaire dans le logiciel, utilisez ce document Excel comme base Modèle inventaire XLS (6 niveaux, avec date d’ouverture). Voici un document avec plus de détails sur les conventions que nous avons déterminées pour uniformiser la prise d’inventaire. Ce document vous rappelle des souvenirs? C’est normal, nous avons mis à jour celui de 2014 (disponible ici).
  3. Mettre à jour le fichier Excel ou le faire dans le logiciel (>50 produits): voir le Guide « Gestion d’inventaire » en cliquant sur l’icône « ? » en haut à droite de l’interface web du logiciel. Pour les modifications touchant plus de 50 produits, faire suivre les fichiers Excel à Mme Aminatou Idrissou en identifiant les produits modifiés (couleur ou indication dans une colonne) ou en précisant si cet inventaire remplace l’existant.

 

Avez-vous un superutilisateur?

Sélectionner, dans les listes déroulantes, la Direction (CR-CHU), l’Unité administrative (votre site), le Secteur (Axe et nom du chercheur entre parenthèses).

Si votre équipe s’y retrouve, vous avez un inventaire et normalement un super-utilisateur. Si vous ne vous en souvenez plus ou devez en avoir un nouveau, contacter Mme Aminatou Idrissou, agente de gestion de la SST pour le CRCHU de Québec-UL.

Avez-vous des questions?

Si vous avez des questions, contacter Mme Aminatou Idrissou, agente de gestion de la SST pour le CRCHU de Québec-UL.

Changements législatifs concernant le SIMDUT

Nous vous informons des changements législatifs adoptés tant au niveau fédéral que provincial. À cette fin, la direction a adopté une Politique de gestion des matières dangereuses (No 682-30: lien intranet ou direct). Un guide de gestion des matières dangereuses de la réception à leur disposition ou élimination et un de gestion des équipements de protection individuelle seront aussi adoptées prochainement.

Nous vous réitérons qu’à compter du 2 décembre 2018 l’étiquetage de toutes les matières dangereuses devra être conforme aux nouvelles exigences (SIMDUT 2015). Les étiquettes de l’ancien système (SIMDUT 1988) devront être remplacées par celles du nouveau. Ainsi,  vous devez mettre à jour l’inventaire des matières dangereuses, revoir la ségrégation de celles-ci et disposer ou éliminer celles qui sont périmées ou non utilisées sur une base régulière. Cet exercice, en plus de réduire les risques dans votre secteur de travail, facilitera l’entreposage réglementaire de celles-ci.

Nouvelles formations

Pour faciliter la mise en œuvre de ces nouvelles exigences, de nouvelles formations SIMDUT ont été développées par nos partenaires. Celles-ci intègrent les nouveaux pictogrammes et les exigences légales.

  • Formation SIMDUT 2015 à l’Université Laval

Celle-ci s’adresse aux travailleurs* en laboratoire. Les renseignements sur SIMDUT et sur la formation en ligne devant être suivie pour avoir l’accès libre aux laboratoires se retrouvent sur le site du Service de sécurité et de prévention de l’Université Laval pour les risques chimiques. La formation dure environ 120 minutes.

  • Formation SIMDUT 2015 au CHU de Québec-UL

Cette dernière s’adresse aux autres travailleurs* et a été développée en partenariat avec des représentants d’autres établissements du réseau.  Elle est maintenant disponible dans Multiaccès, la plateforme de formation à distance du CHU de Québec-UL (voici les instructions pour y accéder: le titre est « Formation sur la gestion intégrée des matières dangereuses (SIMDUT) dans les établissements de santé ») La formation dure environ 45 minutes.

L’une ou l’autre de ces formation est obligatoire avant le 2 décembre prochain pour:

  • tous les travailleurs* susceptibles d’être exposés à des produits dangereux dans le cadre de ses activités;
  • accéder aux lieux où des matières dangereuses sont présentes.

* La notion de travailleurs inclut tous les employés salariés, de même que les étudiants, stagiaires postdoctoraux, visiteurs et invités.

 

Attention à certaines dispositions prévues dans le Règlement sur l’information des produits dangereux

  • L’identification des matières dangereuses : Les contenants de matières dangereuses doivent être étiquetés avec des étiquettes conformes aux nouvelles exigences. Toute matière dangereuse qui n’est plus dans son contenant d’origine étiqueté par le fournisseur doit arborer une étiquette du lieu de travail conforme comportant plusieurs renseignements, dont les conseils de prudence, et une référence à la fiche de données de sécurité. Une seule exception est prévue, soit lors de l’utilisation d’une matière dangereuse transvidée dans un contentant intermédiaire si elle est utilisée exclusivement et complètement par la même personne durant son quart de travail.
  • Les fiches de données de sécurité (FDS) : Celles-ci remplaceront les fiches signalétiques. Ces fiches (en format électronique ou papier) doivent être disponibles à tous pour l’ensemble des matières dangereuses présentes dans vos secteurs de travail (incluant celles fabriquées dans un lieu de travail).
  • Les pictogrammes des matières dangereuses : Ceux-ci doivent être apposés à l’entrée des locaux où des matières dangereuses sont présentes dans le but d’informer les équipes d’intervention en cas de sinistre. Vous trouverez les codes GRM pour chacun d’eux dans ce document.

Finalement, nous vous informons que des intervenants du Service santé – sécurité et qualité de vie au travail (SSSQVT) préparent des grilles d’audit qui seront utilisées pour évaluer le niveau de conformité des processus décrits dans la politique et la procédure de gestion des matières dangereuses.

Pour toute question, vous pouvez communiquer avec l’intervenant du SSSQVT associé à votre direction en matière de prévention, soit :

Louis Bergeron, poste 53934
Répondant pour les directions : Recherche

 

Marc-André Gélinas, adjoint à la DRHCAJ, Service santé – sécurité et qualité de vie au travail

Christian Brouillette, responsable SST, chef de service – infrastructure, Direction du Centre de recherche