Santé-sécurité au travail au CRCHU: faits saillants 2019-2020

Bilan

Au cours de l’année 2019-2020, les activités de prévention réalisées pour le Centre de recherche (CR) sont principalement :

  • le travail fait en isolement : établissement d’un portrait des principales situations et d’une stratégie sur les moyens de surveillance à soumettre au Service de sécurité physique;
  • le programme de protection respiratoire : campagne d’essais d’ajustement des masques N95 en animalerie, participation au groupe de travail régional sur sa révision pour le secteur d’animalerie, révision de la Politique de protection respiratoire institutionnelle pour détailler spécifiquement les types de cartouches à prévoir dans certaines situations (ex. voûte à solvants et à déchets);
  • la gestion des matières dangereuses : collaboration avec les laboratoires des secteurs cliniques et la sécurité civile à l’harmonisation des affichages d’entrée des secteurs, élaboration de procédures sur la gestion des déchets liquides chimiques et biologiques, amélioration de la formation sur le déversement;
  • l’évaluation ergonomique sommaire des activités de travail de techniciennes en santé animale.

 

Analyse des déclarations d’accidents-incidents 2019-2020

Objectifs

  • Réduire les risques professionnels présents sur les lieux de travail
  • Offrir le soutien nécessaire aux gestionnaires (chercheurs).

 

Méthodes

  • Statistiques des déclarations d’accidents, d’incidents et de situation de risque au cours de l’année 2019-2020.

 

Résultats et analyse

D’avril 2019 à mars 2020, cinquante-sept (57) événements ont fait objet de déclarations dans tout le CRCHU (voir figure 2) soit une diminution de 16% comparativement à l’année dernière. Les figures 1 et 3 montrent la répartition par secteurs et par sites. Parmi ces événements, les cas de coupure, douleur liée aux mouvements fréquents, morsure d’animaux et piqûre d’aiguille représentent plus de la moitié des déclarations (32/57). Les expositions aux pathogènes par coupure, morsure, piqûre d’aiguille et projection de produit biologique dans l’œil représentent quant à elles plus du tiers soit 28 cas sur 57. Notons que sur les 3 déversements enregistrés, il y a eu un cas d’exposition respiratoire et un cas d’exposition cutanée. On note également une augmentation du nombre de chutes, passant de 4 à 7 par rapport à 2018-2019. Elles sont provoquées essentiellement  par la présence de liquide au sol et la glace dans le stationnement. Cinq personnes ont été frappées par ou se sont heurtées contre des objets dans leur milieu de travail.

 

Actions correctives et mesures d’atténuation

À la suite de cette analyse, en ce qui concerne :

  • L’exposition aux pathogènes transmissibles : l’importance du port des équipements de protection individuels en général et des lunettes en particulier au cours des travaux à risque de projections ou d’éclaboussures. Également la prévention de la piqûre d’aiguille en optant pour l’utilisation des seringues avec des dispositifs sécuritaires en cas de manipulation de produits dangereux est fortement recommandée.
  • Les troubles musculosquelettiques (TMS) : une analyse des tâches avec mouvements fréquents en animalerie suivi d’un atelier regroupant les différentes catégories de personnel concernées a permis de cibler des pistes de solutions pour prévenir les TMS qui y sont associés. Il s’agit de la standardisation des façons de faire, la répartition de la charge de travail, l’amélioration des outils de travail, le regroupement et l’organisation des tâches, afin de maintenir un rythme varié durant la journée de travail.
  • Les chutes et les accidents dans lesquels les personnes ont été frappées par / se sont heurtées contre des objets relèvent l’importance d’améliorer l’aménagement sécuritaire des lieux du travail et la qualité du déneigement des stationnements.
  • La gestion des matières dangereuses : une invitation est lancée à toutes les personnes n’ayant pas encore suivi la formation sur le déversement à la suivre, car elle donne les outils sur la prise en charge rapide, efficace et sécuritaire lorsque survient un déversement.
  • Les procédures en matière de prévention des risques: plusieurs procédures et travaux ont été élaborés durant l’année sur la gestion des déchets et affichage des matières dangereuses. Leur déploiement se fera dans les prochains mois.

 

Conclusion

L’année 2019-2020 a montré encore une fois l’importance de produire une déclaration lorsque survient un événement. Grâce à ces déclarations, plusieurs actions correctives et préventives ont pu être repensées et mises en place en collaboration avec plusieurs acteurs concernés. Dans la même lignée, d’autres mesures d’atténuation sont prévues durant l’année en cours.

Nous profitons de l’occasion pour rappeler à tous que l’identification complète du lieu d’événement (numéro de local précis) est primordiale dans toute déclaration.

Aussi nous exhortons en tout temps un respect des procédures existantes et des nouvelles au CRCHU pour le rendre encore plus sécuritaire.

 

Objectifs pour l’année 2020-2021

  • Appliquer les mesures de prévention spécifiques à la COVID-19;
  • Assurer le soutien nécessaire dans la protection respiratoire, l’exposition aux agents pathogènes transmissibles et à d’autres risques spécifiques, incluant le travail isolé;
  • Harmoniser l’affichage des risques et la gestion des déchets chimiques et biologiques dans tout le CRCHU;
  • Réduire les risques liés aux mouvements fréquents sur les lieux de travail en plus de promouvoir l’hygiène posturale et l’adoption de posture optimale.

COVID-19 : Formations en lien avec la situation pandémique

Dans le contexte sanitaire actuel, nous vous rappelons les bonnes pratiques en santé et sécurité au travail et en sécurité informationnelle, des enjeux qui prennent une importance encore plus considérable de nos jours. Les formations sur l’hygiène des mains, quand utiliser le masque de procédure et la cybersécurité sont obligatoires pour tous au CRCHU de Québec. Un suivi devra être fait à ce sujet par chacune des équipes de recherche, peu importe le type de recherche.

Pourquoi la cybersécurité dans une crise sanitaire ? Les établissements de soins de santé, encore davantage ceux travaillant sur la COVID-19, sont spécifiquement ciblés par les pirates informatiques dans le contexte actuel. Il est donc essentiel d’adopter les meilleures pratiques pour protéger nos données et nos réseaux informatiques.

Les formations disponibles sur l’ENA (Environnement numérique d’apprentissage) nécessitent une connexion à l’ENA sécurisé du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS). À cette fin, c’est l’usager réseau domaine CHUQ (clinique) et non domaine DCRCHUQ (recherche) qui doit être utilisé. Généralement, l’usager est le même que pour le réseau de la recherche DCRCHUQ, mais pour plusieurs qui n’ont pas à l’utiliser régulièrement, il est désactivé après 30 jours. La DRI est en train de réactiver les comptes des membres de la recherche. Si le compte était désactivé, un courriel vous sera envoyé lorsque votre usager du domaine CHUQ sera réactivé.

Pour changer votre mot de passe :

Si vous êtes sur un des réseaux CHU, sur le TS ou le BVI-OTP, vous devez utiliser la page web https://mdp.chudequebec.ca.

Si vous êtes en télétravail et que votre compte n’a pas été réactivé par la DRI, vous devez faire une demande de support à la DRI (https://www.crchudequebec.ulaval.ca/equipe-ti/dri-chu/support-technique/).

Si vous êtes en télétravail et que votre compte a été réactivé par la DRI, vous devez utiliser l’Espace employé à distance à l’adresse https://aaa.chudequebec.ca.

SujetFormation obligatoire ou rappelLien en françaisLink in English
Méthodes de travail de base en laboratoire: porter sarraus, lunettes, gants RappelDocument PDFBilingual document
Formation hygiène des mains et étiquette respiratoire (vous devez utiliser votre code usager réseau CHU pour vous brancher à l'ENA)ObligatoireFormation ENA sécurisée (usager CHU)Handwash with soap and water
Handrub with alcohol-based formulation
Hand hygiene guidance
Respiratory Hygiene/Cough Etiquette in Healthcare Settings
Enlever les gants de manière sécuritaireRappelVidéo YoutubeYoutube video
Masque de procédure, quand l'utiliser (référence détaillée de l’intranet du CHU) ObligatoireVidéo YoutubeYoutube video
Séquence de déshabillage des EPI: gants, sarrau, lunettes et masqueRappelVidéo YoutubeCHU video with self-explanatory visual
Cybersécurité (vous devez utiliser votre code usager réseau CHU pour vous brancher à l'ENA)ObligatoireFormation ENA sécurisée (usager CHU)ENA secured formation
Ne pas utiliser vos appareils électroniques personnels (ordinateurs portables, téléphones cellulaires, tablettes…) dans le laboratoireRappelDocument PDFCRCHU document with self-explanatory visual
Nettoyage des instruments communs et surfaces de travailNouvelle procédureProcédureProcedure
Maladies respiratoires sévères infectieuses épidémie COVID-19 pour les laboratoires de biologie médicaleNouvelle procédure pour ceux qui travaillent avec COVID-19 et autres MRSIFormation ENA sécuriséeN/A

Faits saillants 2018-2019

Contexte

Au cours de l’année 2018-2019, le Centre de recherche (CR) a collaboré avec le service santé-sécurité et de qualité de vie au travail SSQVT) du CHU de Québec-Université Laval sur des thématiques prioritaires :

  • la gestion des matières dangereuses,
  • la révision des politiques d’immunisation et de post-exposition à des agents pathogènes transmissibles par le sang et
  • le programme de protection respiratoire.

Cet engagement s’est d’abord exprimé par le recrutement d’une agente de gestion de la SST à temps plein pour le CR. Nous vous présentons donc un premier survol des suivis de déclarations d’incidents et d’accidents qui ont été rapportés au CR.

 

Objectifs

  • Réduire les risques professionnels présents sur les lieux de travail
  • Offrir le soutien nécessaire aux gestionnaires (chercheurs).

 

Méthodes

  • Statistiques des déclarations d’accidents, d’incidents et de situation de risque des cinq dernières années (2014-2019),
  • Taux de formation du personnel en système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT 2015).

 

Résultats et analyse

D’avril 2018 à mars 2019, soixante-huit (68) événements ont fait objet de déclaration (voir Figure 1) : 40 % produits en animalerie et 60% en laboratoire. Parmi eux, les cas de coupure, de morsure, de piqûre d’aiguille et de contact avec des produits chimiques représentent plus de la moitié des déclarations (37/68). Les expositions aux pathogènes par coupure, morsure et piqûre représentent quant à elles plus du tiers soit 29 cas sur 68. Sur les 8 cas d’exposition aux vapeurs toxiques, la moitié est liée au déversement de produit chimique. L’autre moitié représente des inhalations de vapeurs chimiques et de projection dans l’œil survenues dans la réalisation de tâches.

La Figure 2 montre l’évolution des cas de coupure, morsure, piqûre et déversement déclarés dans les cinq dernières années. Les tendances observées sont généralement variables bien que le nombre de piqûre d’aiguille soit relativement identique chaque année. Nous pouvons par contre observer une augmentation du nombre d’incidents et accidents, ce que nous attribuons non pas à une augmentation du nombre d’événements, mais plutôt à une augmentation du nombre de déclarations.

Actions correctives et mesures d’atténuation

En lien avec les mandats prioritaires du CR, les événements montrent toute l’importance des procédures de travail, d’immunisation des travailleurs, des formations (ex. SIMDUT 2015, déversement de matières dangereuses, risques biologiques, laser et sources lumineuses dangereuses) et l’utilisation des dispositifs sécuritaires contre les piqûres d’aiguille. Également, ils nous rappellent à tous l’importance du respect du port des équipements de protection individuels (sarrau, lunettes, gants, masque, etc.) en milieu de travail. En lien avec le volet formation, nous vous rappelons que les taux de formation actuels pour SIMDUT 2015 au Centre de recherche tourne autour de 71%, alors que la cible est de 85%.

Conclusion

L’analyse des différents événements nous permet d’identifier les causes et de proposer des actions correctives et préventives. Afin de mieux cibler ces actions, produire une déclaration à chaque survenue d’événement incluant une identification complète du lieu (numéro de local précis) est très important.