Axe Reproduction, santé de la mère et de l'enfant

Protéger notre avenir

Données 2016-2017

0
Chercheurs
0
Étudiants
0
M$
Octrois
0
Publications

Directeur par intérim
Bruno Piedboeuf

Directeur adjoint
Isabelle Marc

Gestionnaire
Crina Lador

2705, boulevard Laurier, T-1-49
Québec (Québec)
CANADA G1V 4G2

+1 418 525-4444, poste 46151
+1 418 654-2765

L’axe Reproduction, santé de la mère et de l’enfant (RSME) est formé de 19 chercheurs réguliers et de 10 chercheurs associés, incluant 19 chercheurs-cliniciens, 5 chercheurs boursiers, 1 chaire de recherche et plus de 18,2 M $ en bourses, subventions et contrats de recherche depuis 2014. De plus, 35 étudiants gradués ont obtenu leur diplôme et 12 stagiaires postdoctoraux ont été formés sous la supervision des chercheurs de l’axe depuis 2014. Il s’inscrit dans la vocation suprarégionale du centre hospitalier, tout comme le Centre mère-enfant Soleil (CMES), auquel il est étroitement lié. Centre de référence en grossesses à risque et en pédiatrie, le CHU de Québec-Université Laval abrite le 2e plus grand centre d’obstétrique au Canada, avec quelque 8 500 accouchements annuels. Le CMES assure les soins tertiaires en pédiatrie pour une population de 2 millions de Québécois desservis par le RUIS-Laval, avec des experts en surspécialité incluant la génétique, la cardiologie, l’oncologie, la néonatologie de niveau III, l’infectiologie etc. Il détient une responsabilité provinciale comme fiduciaire du Programme de dépistage néonatal sanguin et une responsabilité partagée avec le CHU Sainte-Justine pour le Programme de dépistage prénatal de la trisomie 21.

Le CHU de Québec-Université Laval étant le seul centre régional d’obstétrique-gynécologie, de grossesse et de pédiatrie, l’axe regroupe l’essentiel de la recherche dans ces domaines; recherche qui s’alimente aussi par les collaborations avec d’autres axes et centres de recherche de l’Université Laval. La participation de l’ensemble du secteur clinique, l’homogénéité relative de la population desservie par notre institution hospitalo-universitaire et son faible taux de migration placent le CHU de Québec-Université Laval dans une situation stratégique pour la réalisation de projets cliniques populationnels prospectifs ou longitudinaux; de la pré-conception à l’âge adulte. De fait, depuis l’ouverture du CMES, la recherche clinique dans l’axe a pris un essor considérable, adhérant d’ores et déjà aux valeurs de l’Université Laval, qui met de l’avant l’excellence, l’expérience et l’engagement.

Dans une vision de santé durable, la prise en charge et la prévention des complications de grossesse est une priorité pour la santé publique étant donné les coûts et la morbidité associés aux conséquences de la prématurité, de l’hypertension artérielle de grossesse, des césariennes, des maladie génétiques et de l’obésité gestationnelle sur la santé de la mère et le devenir de l’enfant à court, moyen et long termes. Dans les 4 dernières années, les chercheurs et experts ont associé leur complémentarité dans un objectif commun autour de l’optimisation des soins, de l’évaluation d’interventions multidisciplinaires chez la mère et l’enfant, et de dépistage des pathologies maternelles et fœtales. Les preuves en faveur de l’origine fœtale et développementale des pathologies adultes s’accumulent en plaçant l’environnement, non seulement pendant la grossesse et la petite enfance au cœur des problématiques de la prévention des maladies chroniques, mais aussi durant la période entourant la conception. De fait, l’axe regroupe une masse critique de chercheurs en reproduction s’intéressant à la différenciation sexuelle, à la santé reproductive, à la contraception, à l’infertilité, de même qu’aux conséquences de la procréation médicalement assistée sur le devenir de l’enfant.

Plusieurs chercheurs de l’axe sont des membres fondateurs du Centre de recherche en Reproduction, Développement et Santé Intergénérationnelle et du Réseau québécois en reproduction, deux regroupements majeurs de chercheurs en reproduction. Ceci favorise un réseautage au niveau provincial et contribue au rayonnement de la recherche faite par l’axe RSME. Les chercheurs œuvrant en santé néonatale et périnatale ont été impliqués dans le Réseau intégré de recherche en périnatalité du Québec et de l’Est de l’Ontario (IRNPQEO), subventionné par les IRSC. Enfin, la génétique pédiatrique est aussi traditionnellement l’une des forces cliniques du CHU de Québec-Université Laval. L’expertise des chercheurs du Centre de génomique du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, en conjonction avec l’expertise clinique et fondamentale en maladies génétiques rares, est une des forces de l’axe.

Le succès des chercheurs de l’axe au niveau financement et rayonnement témoigne du caractère avant-gardiste et innovateur de leurs méthodologies et thématiques de recherche. Dans les intentions stratégiques, les chercheurs cliniciens et fondamentalistes se positionnent pour répondre aux priorités des politiques de périnatalité du MSSS, relever les défis soulevés par les organismes subventionnaires, travailler en multidisciplinarité, incluant les collaborations avec les chercheurs des autres axes de recherche, et être actifs dans les réseaux nationaux et internationaux. De fait, l’axe comprend des équipes de recherche de renommée internationale qui œuvrent en reproduction, en néo et périnatalogie, et en pédiatrie. Les activités de l’axe sont en synergie avec la vocation universitaire et suprarégionale du CHU de Québec-Université Laval. L’une des thématiques de recherche de la Faculté de médecine est « Reproduction, génétique, périnatalité et développement», et les 8 grandes thématiques de cette Faculté sont issues des orientations du Plan de développement de la recherche et des études supérieures 2015-2019 et du Plan stratégique de la Faculté de médecine. Ce thème, qui interpelle directement les chercheurs de l’axe RSME, s’intègre également dans le grand axe de recherche Santé et bien-être durable de l’Université Laval.

3 thèmes de recherche

Rompus à l’interdisciplinarité et à la transdisciplinarité, les chercheurs de l’axe utilisent plusieurs approches expérimentales de pointe faisant appel à des modèles expérimentaux, à l’imagerie, à la biologie cellulaire et moléculaire, à la génomique, à la protéomique, à l’épidémiologie, à la recherche clinique, à l’évaluation des technologies et des pratiques et au transfert des connaissances. Leurs recherches comprennent l’étude fondamentale de la physiopathologie des maladies, les approches cliniques de prévention ou de traitement, l’identification de biomarqueurs et les études d’impact social et environnemental. Leurs activités sont réparties en 3 thèmes: 

  1. Reproduction et infertilité
    Ce thème comprend
    1. les désordres menstruels et la prise en charge des polypes et fibromes utérins chez les femmes avec saignements utérins anormaux;
    2. la physiologie du testicule en ce qui regarde la différenciation sexuelle et l’effet des contaminants environnementaux sur le dimorphisme sexuel ainsi que les mécanismes moléculaires de la stéroïdogénèse chez les cellules de Leydig;
    3. l’infertilité et la contraception masculines, et plus particulièrement les mécanismes de la maturation des spermatozoïdes dans le tractus reproducteur chez l’homme et les interactions entre les gamètes et le tractus reproducteur féminin;
    4. l’aneuploïdie et les mécanismes de ségrégation chromosomiques;
    5. L’amélioration des technologies de procréation médicalement assistée; et
    6. l’impact des traitements de l’infertilité, de l’environnement et des habitudes de vie sur la santé de la mère, du fœtus et de l’enfant.
  2. Grossesse et développement fœtal
    Ce thème comprend plusieurs volets complémentaires
    1. les effets de l’environnement physique et des habitudes de vie de la mère sur la grossesse et la croissance fœtale;
    2. la recherche de biomarqueurs et la physiologie des complications de la grossesse, incluant l’implication du stress oxydatif, l’effet préventif de l’aspirine, l’augmentation des risques de maladie cardiovasculaire et le devenir de l’enfant associé à la prééclampsie;
    3. le dépistage sanguin des anomalies génétiques;
    4. le diabète gestationnel, les retards de croissance, la prématurité, les infections durant la grossesse;
    5. les ruptures utérines chez les femmes enceintes avec césarienne antérieure, et l’impact à long terme et les conséquences générationnelles de ces pathologies obstétricales.
  3. Santé du nouveau-né et de l’enfant
    Ce thème fait des soins périnataux sa priorité et s’intéresse
    1. à l’évaluation des interventions non pharmacologiques chez le grand prématuré et le nouveau-né et à leur impact dans la petite enfance;
    2. aux conséquences pathophysiologiques des maladies génétiques orphelines;
    3. à la thérapie génique et l’amélioration des technologies CRISPR/Cas9;
    4. à l’oncopédiatrie, et en particulier aux nouveaux protocoles de radiothérapie; et
    5. aux cardiopathies génétiques et pédiatriques.