Vous n'êtes pas identifié (connexion)

Centre de recherche

BOTTIN

Une première mondiale : L’identité génomique des cellules microgliales humaines enfin révélée

Source : Direction des communications et du rayonnement, CHU de Québec-Université Laval, 31 mai 2017

2017-06-05

Dans le but de caractériser les fondements génétiques de la cellule microgliale humaine, le Dr Gosselin, nouveau chercheur dans l’axe Neurosciences du CRCHU de Québec et professeur au département de Médecine Moléculaire de la Faculté de médecine de l’Université Laval et ses collègues de l’Université de Californie, à San Diego, ont réalisé une étude au cours de laquelle ils ont caractérisé, avec une précision sans précédent, les mécanismes moléculaires à l’origine des fonctions de cette cellule dans le cerveau humain.

Cette étude, qui vient d’être publiée dans la revue Science, a ainsi permis d’identifier les mécanismes de régulation des gènes qui sont exprimés par la microglie humaine et de révéler plusieurs de ses mystères qui demeuraient encore inconnus jusqu’à aujourd’hui.

La cellule microgliale est un type de cellule du système immunitaire inné qui joue un rôle essentiel dans le développement du cerveau et le maintien harmonieux de son fonctionnement. De plus en plus d’évidences suggèrent qu’un dysfonctionnement de ces cellules est aussi impliqué dans certaines maladies du cerveau, telles la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques et les troubles du spectre autistique. Toutefois, nos connaissances en lien avec ces cellules sont dérivées d’études faites essentiellement chez la souris, ce qui rend notre compréhension de la cellule microgliale « humaine » plutôt limitée à ce jour et restreint notre capacité à développer de nouvelles thérapies pour ces maladies.

Les conclusions tirées de cette étude amènent non seulement, pour la première fois, une compréhension des fonctions cellulaires des microglies humaines, mais permettront une meilleure interprétation des études en génétique portant sur les maladies du cerveau. Cette première mondiale permettra aussi à la communauté scientifique d’être en mesure de générer des microglies humaines dérivées de cellule souches, et de mieux comprendre le rôle des cellules microgliales au sein des différentes fonctions du cerveau, qu’il soit sain ou malade. 


[Cliquer pour voir la source originale]
© 2017 Tous droits réservés Centre de recherche du CHU de Québec