Les reins : de la prévention à la transplantation

16 mars 2016

Dr Paul René de Cotret, Dre Isabelle Houde, Dr Mohsen Agharazii, Dr Fabrice Mac-Way et Dr Sacha De Serres

Axe Endocrinologie et néphrologieAff conf_GrandPublic_EndoNephro

CONFÉRENCIER : Dr Paul René de Cotret

RÉSUMÉ : Le Dr René de Cotret présentera le mot d’introduction. En quelques minutes, il expliquera le rôle des reins. Il présentera aussi les principales maladies affectant les reins et pouvant les détruire. Il nous mettra en garde contre les principaux facteurs de risque comme l’hypertension. Il terminera cette petite introduction en exposant les principaux traitements des maladies de reins et en décrivant sommairement la dialyse et la greffe.

À PROPOS DU CONFÉRENCIER : Le docteur Paul René de Cotret a obtenu son baccalauréat en biochimie de l’Université d’Ottawa et a fait son cours de médecine à l’Université McGill. Après sa formation en médecine interne de l’hôpital Royal Victoria, il a été chercheur boursier du conseil médical de la Recherche du Canada, obtenant ainsi une maîtrise en biochimie rénale de l’Université de Montréal. Il a complété sa formation en néphrologie dans les hôpitaux de l’Université de Montréal.

Néphrologue agréé, il a mis sur pied le service de dialyse au Centre Hospitalier Régional de Lanaudière à Joliette.  Depuis 1986, il est néphrologue à l’Hôtel-Dieu de Québec. Il a été chef du Service de Néphrologie du CHU de Québec de 2010 à 2015.  De plus, il participe à des travaux en recherche clinique dans le domaine de l’hypertension, du diabète et de la maladie rénale précoce.

Il détient le poste de professeur titulaire et de chef de la division facultaire de néphrologie à la Faculté de médecine de l’Université Laval, où il a également siégé 8 ans au Conseil de la Faculté. Il est également responsable de la formation pédagogique des enseignants du 1er cycle de la Faculté de Médecine.  En tant que responsable du cours « Système urinaire et Milieu intérieur », il s’est vu attribuer le prix de meilleur professeur de l’année à plusieurs reprises, par le Regroupement des Étudiants en Médecine de l’Université Laval. Il est également fortement impliqué en EMC, tant au niveau national qu’international. Il est membre de plusieurs sociétés savantes. Ses intérêts principaux sont la maladie rénale précoce, le diabète et le traitement de l’insuffisance rénale.

 

CONFÉRENCIÈRE : Dre Isabelle Houde

RÉSUMÉ : La greffe rénale est la meilleure forme de  suppléance rénale pour les patients  tant pour la survie que pour la qualité de vie. Cependant  le nombre de reins disponibles pour la greffe est insuffisant. Il a donc fallu mettre en place  des stratégies novatrices pour répondre à cette demande croissante et offrir le traitement optimal aux patients atteints de maladie rénale chronique. Nous avons d’abord développé une approche systématique et institutionnelle pour identifier les donneurs cadavériques. Nous avons ensuite développé une approche unique pour utiliser les reins des donneurs âgés. Nous avons participé à l’élaboration et au développement d’un nouveau type de donneurs prélevés  après le décès cardiaque. Historiquement le Québec avait un haut taux de donneurs décédés mais performait moins bien pour les donneurs vivant. Depuis quelques années nous avons mis l’emphase sur ce type de donneur, à la fois localement et à travers le programme canadien d’échange.

À PROPOS DE LA CONFÉRENCIÈRE : Dr. Isabelle Houde, néphrologue transplanteur et directrice de l’unité de greffe rénale du CHU de Québec-Université Laval, Professeure de médecine à l’université Laval, impliquée à Transplant-Québec, à la fois comme responsable du comité rein-pancréas et directrice médicale associée.

Elle a fait sa formation en médecine et en néphrologie à l’Université Laval, suivi d’une formation de 3ans  en immunologie de la transplantation à Nantes. Dr. Houde est une néphrologue particulièrement intéressée aux  stratégies pour  augmenter le  nombre de reins disponibles pour la greffe.

 

CONFÉRENCIER : Dr Moshen Agharazii

RÉSUMÉ : Les maladies rénales sont associées à un vieillissement accéléré des vaisseaux sanguins. Notre programme de recherche vise à identifier les mécanismes responsables de ce processus, qui est responsable des problèmes cardiovasculaires tels que l’insuffisance cardiaque, les accidents cérébro-vasculaires et les problèmes de circulation  des membres inférieurs. Nos travaux de recherche ont permis de mieux comprendre l’impact du vieillissement vasculaire sur la pression artérielle, de mettre en évidence  un rôle potentiel de la vitamine K sur la santé vasculaire, et de démonter un lien entre la santé vasculaire et la santé osseuse.

À PROPOS DU CONFÉRENCIER : Dr. Agharazii est néphrologue et un clinicien-chercheur au CHU de Québec-Université Laval, co-directeur de l’Axe Endocrinologie et Néphrologie du Centre de Recherche du CHU de Québec, professeur de médecine, directeur de programme de résidence en néphrologie et co-titulaire de la Chaire de Recherche en Néphrologie de l’Université Laval. Il a fait ses études de médecine à l’Université Laval, suivies d’une formation de recherche à Londres à Guy’s Hospital et à Paris à l’HEGP. Il a établi sa carrière de recherche grâce au support des organismes subventionnaires comme le Fonds de Recherche Québec-Santé, la fondation canadienne du rein et la fondation des maladies du cœur. Ses travaux portent sur les mécanismes d’hypertension et les maladies cardiovasculaires associées aux maladies rénales. Il est le mentor de nombreux jeunes chercheurs et il est l’auteur de plus de 45 articles évalués par les pairs.

 

CONFÉRENCIER : Dr Fabrice Mac-Way

RÉSUMÉ : L’insuffisance rénale chronique mène à différents troubles hormonaux dont une des conséquences est l’atteinte osseuse et vasculaire. Ces atteintes amènent chez le patient un risque plus élevé de fracture, des douleurs osseuses et des complications vasculaires accrues. L’atteinte osseuse est exacerbée par la modification du niveau de parathormone, calcium, phosphate dans le sang, mais aussi d’autres changements qui sont encore peu connus. Heureusement, de nouvelles avancées en recherche nous ouvrent de nouvelles pistes d’études. Des cellules osseuses (ostéocytes) dont nous ne connaissions pas la fonction autrefois semblent maintenant jouer un rôle important dans l’atteinte osseuse en IRC. Mes projets de recherche cherchent à comprendre comment ces cellules peuvent être affectées en IRC et mener aux atteintes osseuses. Cette compréhension nous permettra alors de penser à de nouveaux traitements ou de nouvelles approches pour améliorer la qualité de vie des patients avec insuffisance rénale chronique.

À PROPOS DU CONFÉRENCIER : Dr Mac-Way est néphrologue, clinicien-chercheur au CHU de Québec, hôpital Hôtel-Dieu de Québec. Il a fait sa formation en néphrologie à l’Université Laval et est allé compléter une formation complémentaire en recherche dans un laboratoire INSERM d’investigation osseuse à St-Etienne, France, où il a acquis une expertise en autres sur l’histomorphométrie osseuse. Il a mis en place son laboratoire de recherche au CHU de Québec et s’intéresse entre autres aux mécanismes de l’atteinte osseuse et de la relation entre maladie osseuse et vasculaire en insuffisance rénale chronique via l’étude de modèles animaux et par des études cliniques chez les patients insuffisance rénale chronique, dialysés et transplantés.

 

CONFÉRENCIER : Dr Sacha De Serre

RÉSUMÉ : Les travaux de recherche du Dr De Serres  portent principalement sur le rôle de l’immunité innée dans le rejet de greffe. En effet, la découverte du rôle de l’immunité innée en immunologie de la transplantation est relativement récente.  Dr De Serres a montré que l’activation d’un sous-type de cellules impliquées dans l’immunité innée est associée à un type de rejet spécifique. En collaboration avec d’autres centres canadiens, il dirige plusieurs projets de recherche qui vise à évaluer l’utilisé des outils non-invasifs pour un diagnostic précoce de rejet.   Finalement, pour mieux comprendre le mécanisme de rejet, il a développé un modèle reproduisant un compartiment du rein appelé le glomérule. Cette approche innovante,  lui permet d’étudier les mécanismes de dommage glomérulaires durant le rejet. Ces travaux originaux pourront mener à de nouvelles cibles thérapeutiques et à une personnalisation du traitement immunosuppresseur chez le patient greffé.

À PROPOS DU CONFÉRENCIER : Dr De Serres est néphrologue et clinicien-chercheur au CHU de Québec, L’Hôtel-Dieu de Québec, professeur adjoint au département de médecine de l’Université Laval, co-titulaire de la Chaire de Recherche en Néphrologie de l’Université Laval. Suite à sa résidence en néphrologie à l’Université Laval, il a complété une formation complémentaire en immunologie de la transplantation au Brigham and Women’s Hospital ainsi qu’une maîtrise en épidémiologie clinique à l’Université Harvard à Boston. Son programme de recherche est supporté par Fonds de Recherche Québec-Santé, Fondation Canadienne pour l’Innovation et les Instituts de Recherche en Santé du Canada. Son programme de recherche vise à mieux comprendre les mécanismes de rejet des reins transplantés afin de prolonger la survie des greffons.  Dr De Serres est actuellement président du comité de la recherche de la Société Canadienne du Rein et membre exécutif du comité de Diagnostic & Transplantation de la Société Américaine de Transplantation.